L’Organisation paysanne UCA ASALI a connu une faible production du miel en 2017

Articles

L’Union des coopératives apicoles au Kivu a connu l’année 2017 une faible production du miel contrairement aux années passées. C’est ce qu’a indiqué le coordinateur de cette organisation paysanne l’ingénieur Jean-Christophe  MUGARUKA au cours d’une séance de travail avec le chargé de communication de la FOPAC-SK.

Il indique que pour l’année 2017, son organisation prévoyait stocker 6000 kg du miel, mais a réussi à acheter et transformer 400 Kg et vendre 500 Kg ; la quantité vendue par les apiculteurs était de 200kg soit le total de 1100kg.

Selon MUGARUKA, cette faible production du miel se justifie entre autre par le réchauffement climatique qui se vit actuellement dans la province du Sud-Kivu qui aurait entrainé le déplacement des abeilles vers une autre zone ainsi que l’utilisation des pesticides par certains agriculteurs.

Il indique que cette situation a eu des répercussions négatives sur leurs activités  agro-apicoles.

Pour remédier à cette situation il indique que son organisation envisage comme solution :

  • renforcer le boisement et le reboisement des endroits dénudés
  • appuyer les agriculteurs à planter les arbres mellifères et fruitiers
  • décourager les agriculteurs qui utilisent les pesticides
  • Sensibiliser les agriculteurs à l’utilisation des pesticides naturels

Pour terminer Ir JC MUGARUKA a indiqué que son organisation  a mené des actions de plaidoyer au cours de l’année 2017 auprès des autorités dans plusieurs territoires du Sud-Kivu entre autres :

  • Quelques coopératives ont reçu des autorités du Territoire et de chefferie, les autorisations de fonctionnement provisoire, dans les différentes contrées en attendant la décentralisation effective dans la province,
  • Action de plaidoyer auprès des autorités compétentes ciblées par l’organisation sur le contrat de métayage de concession étatique pour une coopérative apicole féminine enfin de rendre opérationnel le programme de rucher école. Entre autre le rucher école de BURHINYI territoire de MWENGA et de KABARE.

Vu que le plaidoyer est un processus qui a plusieurs étapes, l’organisation apicole accompagnée de la FOPAC/SK qui est la faîtière mère de cette dernière fait un suivi des dossiers de plaidoyer déposés auprès des autorités citées ci haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *